Artiste : United Progressive Fraternity

Album : Planetary Overload Part 1 : Loss

Date de Sortie : 19-04-2019

Ajouté le : 05-09-2019

‘United Progressive Fraternity’ est une formation Australienne qui a été créée par l’ancien chanteur d’Unitopia’ avec une partie de son ancien groupe, le claviériste ‘Sean Timms’ ayant créé de son côté le nouveau projet ‘Southern Empire’ (voir ici). ‘Planetary Overload Part 1 : Loss’ est leur 2ème album et ils annoncent déjà le deuxième opus pour fin 2019, début 2020 qui aura comme titre ‘Hope’. Comme les titres l’indiquent, ces 2 albums concepts portent sur les problèmes engendrés par la croissance mondiale (partie 1 ‘Loss’) et les solutions qui s’offrent à nous pour assurer notre survie (partie 2 ‘Hope’). Vous pouvez retrouver toutes les informations sur leur site internet ici grâce à une page très bien faite où chaque artiste ayant participé à l’album a écrit un message et comme dans le premier album, la liste des invités est longue et prestigieuse (voir plus bas). On retrouve donc un progressif recherché et inventif et compte tenu du line up impressionnant, les influences sont multiples et on peut parler, comme dans le cas de ‘Steve Hackett’ (il nous offre les solos de guitare acoustique dans le titre ‘Seeds of Life’ – voir son merveilleux dernier album ici) de ‘Musique du Monde’ avec de multiples arrangements vocaux et instrumentaux très travaillés. Et je suis bien incapable de donner un style précis à cet album car chaque composition nous emmène dans son univers propres : dès les premiers titres, après l’introduction instrumentale ‘Loss Anthem’ avec de magnifiques chœurs et déjà l’utilisation de différents instruments classiques, on passe de ‘When Happens Now’ très jazzy, à la ballade ‘Cruel Times’ qui développe un magnifique solo de piano aux sonorités contemporaines, puis avec ‘What Are We Doind To Ourselves’, on se retrouve dans une atmosphère de percussions africaines et le titre qui suit ‘Stop Time’ est bourré d’une énergie funky. Et bien évidemment, comment passer à côté de ‘Seeds for Life’ de près de 20 minutes qui nous embarque dans une saga progressive inventive à multiples tiroirs avec des arrangements somptueux. En résumé, avec ce premier volet de ‘Planetary Overload’, ‘United Progressive Fraternity’ qui porte bien son nom, nous offre un somptueux album qui se révèle écoute après écoute et qui va puiser des influences aux quatre coins du globe ce qui devrait plaire à toutes celles et ceux qui aiment la diversité avant tout dans le progressif...

Interprêtes

Mark Trueack (Chant), Christophe Lebled (Claviers), Matthew Atherton (Guitares, Claviers, Choeurs), Joe Toscano (Batterie, Choeurs), Steve Unruh (Chant, Guitares, Violon, Flûte), Cornel Wilczek (Guitare, Claviers), Daniel Mash (Basse), Marek Arnold (Saxophone), Mark Franco (Basse, Chœurs) + Invités : Claire Vezina (Chœurs), Jon Davison (Chœurs), Nick Magnus (Claviers), Jesus Gancedo Garcia (Batterie), Guillermo Cides (Chapman Stick), Grace Bawden (Chant, Chœurs), Charlie Cawood (Oud / Bouzouki / Dulcimer), Clive Hodson (Saxophone, Trombone, Trompette, Hautbois), Alex Grata (Guitare, Claviers, Choeurs), Colin Edwin (Basse), Phill Sokha (Batterie), George Perdikis (Guitare), Matt Williams (Guitare), Little Brodie Byrne (Voix), Ghost Girls (Voix), David Hopgood (Batterie), Michel St-père (Guitare), Angelo Racz (Claviers), Michelle Young (Chant), Hasse Fröberg (Chant), Lisa Wetton (Batterie, Chœurs), Steve Hackett (Guitare), Raf Azaria (Guitare, Claviers), Jerry Marotta (Batterie), Angus Keay (Guitare), Hans Jorg Schmitz (Batterie), Brendon Darby (Trompette), Valentin Halembakov (Guitare), Marc Papeghin (Cor) + Narrateurs : Alanna Mitchell, David Suzuki, Dr. Cary Fowler, Dr. James E. Hansen, Dr. Jane Goodall, James Lovelock, Mark Maslin, Satish Kumar, Sir David Attenborough