Artiste : Lori Lewis

Album : Carmina Romanus

Date de Sortie : 11-05-2020

Ajouté le : 19-07-2020

Comme beaucoup de monde, j’ai connu la soprano ‘Lori Lewis’ lors des différentes tournées de ‘Therion’ car elle est devenue l’incontournable chanteuse du Suédois ‘Christofer Johnsson’ (voir l’œuvre exceptionnelle ’Beloved Antichrist’) et, à chaque concert, elle faisait de merveilleuses prestations qui m’ont toujours déclenché ce petit frisson si caractéristique d’un plaisir intense. Par conséquent, elle a toujours été attachée à ‘Therion’ et, pour ma part, méritait depuis longtemps de se faire reconnaitre en son propre nom comme une certaine ‘Tarja’. C’est donc chose faite avec ce premier album solo ‘Carmina Romanus’ (chansons Romaines en Latin) qui ne défraie pas la chronique mais qui est un premier enregistrement studio qui fera certainement date dans la carrière de l’Américaine et qui est influencé par le soleil et les planètes de notre système solaire. Bien entendu, ‘Christopher Johnsson’ n’est pas bien loin et c’est lui qui a servi d’intermédiaire avec le compositeur ‘Anton Andryushin’, qui avait déjà composé l’ensemble des titres pour l’album ’A New Day Begins’ de son projet ‘Arcane Symphony’ et ‘Lori Lewis’ a posé d’autres paroles sur ces 10 titres.

C’est avec l’énergique ‘Sol Invictus’ aux réminiscences ‘Therionesque’ que l’album débute avec une première prestation de Lori avec un chant clair et mélangeant parfaitement ensuite les deux registres, puis, ‘Mercury’ nous offre une première mélodie entêtante qui reste gravée dans notre tête dans un tempo rapide, ‘Thomas Vikström’, chanteur de ‘Therion’ venant étoffer la section vocale. Le ton s’adoucit avec ‘Venus’ qui déroule une lente mélodie pour le plus grand plaisir de nos oreilles, puis, ‘Tellus’ continue dans des lignes mélodiques qui s’apprivoisent immédiatement avec Lori au sommet de son art. La suite n’est qu’une succession de mélodies imparables associant de très belle manière l’énergie des riffs saturés de guitare et le chant divin de Lori, avec le puissant ‘Mars’, l’aérien ‘Luna’, le rapide ‘Jupiter’ ou encore ‘Saturn’ inspiré de la musique classique, l’album se terminant par, tout d’abord, l’entraînant ‘Uranus’ et enfin l’ultime ‘Neptun’ avec de somptueuses vocalises de Lori et qui après la dernière note donne une seule envie : de réappuyer sur la touche play pour recommencer une nouvelle écoute.

En résumé, comme vous l’aurez compris, même si les compositions avaient déjà été écrites pour un autre projet, ‘Lori Lewis’ montre qu’elles sont entièrement taillées pour elle, mais ne serait-ce pas tout simplement parce qu’elle sait s’adapter à tous les styles et les sublimer. ‘Carmina Romanus’ est bien entendu conseillé à tous les fans de ‘Therion’ mais va au-delà et sera certainement bien accueilli par un public beaucoup plus large qui aime mélanger un métal mélodique avec un chant alternant un registre clair et lyrique...

Interprêtes

Lori Lewis (Chant), Anton Andryushin (Claviers), Kirill Romanyuk (Guitare), Dmitry Sletkov (Batterie), Alexey Rybakov (Basse) + Invité : Thomas Vikström (Chant), Anastasia Terekhova (Violon), Kristian Niemann (Guitare)